Archive for mai, 2013

Derrière les volets

3  903 Comments »

fenêtre

Je me rends compte soudain que je ne vous ai pas parlé de ma nouvelle histoire d’amour, alors qu’elle m’obsède depuis quelques temps déjà.

Sur les photos, j’étais sceptique, il faut bien le dire. Dès le départ, je savais que ce serait un coup de quitte ou double. Et ce fut double. Malgré les aléas d’emploi du temps qui ont contrarié la rencontre, malgré la mise en valeur douteuse et l’obscurité peu flatteuse, c’était évident dès la première minute : nous étions faits l’un pour l’autre. Enfin. Après toutes ces années d’errance et de doute, alors que je commençais à croire que ce n’était pas possible, que le coup de foudre n’existait pas.

Evidemment il reste encore un peu de chemin, pas mal de travail à effectuer, on ne se donne pas comme ça. Mais j’ai confiance comme jamais, je sais que maintenant ça va aller, forcément, il ne peut en être autrement, puisque je l’ai enfin trouvé. Lui. L’endroit où je veux passer les prochaines années.

 


Dans la pierre

5  028 Comments »

Il semblerait que j’aie désormais l’œil pour les repérer instantanément, comme si elles se détachaient des autres. Il y a un carré spécial où les plus récentes sont regroupées, mais beaucoup sont encore entremêlées au gré des allées, fondues dans la masse de pierres, à côté de celles de leurs parents, grands-parents, frères et soeurs, et ce sont celles-là que je préfère.

Elles sont plus petites bien sûr, mais pas toujours – parfois c’est juste une question de revenus et de statut social. Souvent, un ange ou un enfant veillent sur elles, ou un jouet favori. C’est rare qu’il n’y ait rien du tout, beaucoup plus rare que sur celles des adultes. Même sur celles qui ne sont plus fleuries depuis longtemps, on a veillé à ce que les ornements résistent au temps, survivent au souvenir comme une revanche sur la vie, puisqu’il n’y aura pas de descendants pour raconter leur brève histoire. Sur les pierres, des dates trop rapprochées, ou juste une année. Certaines ont la douleur muette, sur d’autres on peut lire les mots d’amour indéfectible les plus poignants du monde.

Rien de tout cela pour lui. Les fleurs sont sur ma hanche, je les emmène partout avec moi. La pierre n’existe pas, et s’il y en avait eu une là-bas, je crois que je n’aurais jamais pu quitter Paris.

"Ici repose une petite fille modèle"


May days

3  704 Comments »

rainbow

Et enfin c’est le mois de mai et son joyeux bordel de soleil, de promesses, de projets, de rencontres, d’improvisations de dernière minute et de rendez-vous de longue date, de vieux amis et de nouveaux venus. Enfin, ça part dans tous les sens, enfin il n’y a plus lieu de réfléchir mais juste de se laisser porter par le flot, voir où la marée nous déposera en septembre. C’est parti pour une longue nuit blanche qui devrait durer 4 mois.

1,2,3,4 you know who’s knocking at the door!
are you ready for a race ? Let’s hear a sigh of relief
time flies…. we are not ready to die
free your mind , be yourself and everything’s fine